Le Pensionnat Sakura

Un lycée situé dans le centre de Nagoya, ville de deux millions d'habitants. Ici vous étudiez en plus des matières normales, une option qui correspond à votre passion.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Siffloter sous un cerisier [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ayame Natsugata
Superman =D
Ayame Natsugata

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeMer 4 Fév - 21:39

Les jours passaient depuis que la fille aux cheveux de mille teintes bleutées avait emménagé ici, le temps était dépourvu de mesure, à l’inverse des morceau que Ayame avait décidé de jouer cet après midi de repos dans ce qui semblait de loin être un parc. Elle s’approchait, la guitare pesant sur ses épaules comme un doux fardeau, le soleil réchauffait la terre gelée de la matinée, le vent n’agressait pas la peau sensible des passants qui avaient abandonné l’écharpe pour dévoiler le haut de leur buste. Apaisant calme et ciel bleu, atmosphère relaxante, moment de répit et de retrouvailles avec celle qui avait su transcrire les émotions de la belle quel qu’en soit les moments, son instrument était délaissé depuis quelques heures et le manque se faisait ressentir. Après avoir parcouru l’allée principale du parc, la nouvelle arrivante déballa de sa housse la belle six cordes, remit son harmonie à son paroxysme et après avoir posé ses mains sur les courbes généreuses du bois d’ébène elle alluma une cigarette et resta posée un moment observant le cerisier sous lequel le banc où elle était assise filtrait le soleil. Les bouffées toxiques que la guitariste aspirait étaient pareilles à une tendre sucrerie, elle déposa le mégot dans la poubelle non loin en le lançant à merveille. À ce moment elle pût enfin faire vibrer les graves et les aigus, jouer ses plus belles compositions, sous le regard de quelques oisillons et le balans au grès du vent des branches du vieil arbre. Ayame, le regard perdu, recherchant un signe dans les nuages s’endormit la guitare sur elle comme un couple après l’acte amoureux, dans la tranquillité et le partage des sentiments. Après des songes aux couleurs écarlates et opalines, elle sursauta, et se remit à jouer mais cette fois ci ajouta sa voix claire à la mélodie simple de la guitare.

¤* C'est dur seule ici, c'est un fait, mais n'ai-je pas désiré cette indépendance? Bien évidement que si mais je ne savais pas que j'allais remettre en question ma vie avec ce départ et cette émancipation en quelque sorte. Mes parents me manquent, pas les êtres de chair et de sang, non les personnes qui me permettent une stabilité et une protection à toute épreuve, facile de faire la méchante quand on sait que dans la vie on fait ce que l'on veut, que papa et maman sont derrière. Là tout est différent, si je veux réussir j'ai intérêt à rencontrer les bonnes personnes, à me faire bien voir, à ne plus utiliser cette carapace handicapante. Quand on joue un rôle de sa propre vie, on finit par oublier son texte et craquer sur scène devant les spectateurs. Là je craque ... *¤

Ayame laissa partir ruisseler sur ses joues deux larmes salées aux reflets prismatiques, elle ne souciait plus qu'elle était en public, ni qu'elle pouvait être observée. C'est la voix tremblante qu'elle recommença le morceau où il en était, un reste de flocon tomba sur le nez de la belle asiatique. même si elle n'était pas rassurée, la beauté de la simple goutte, forme la plus pure, fit oublier à Natsugata sa petite déprime, et finit par siffloter la mélodie au moelleux coton.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinichi Chiaki

Shinichi Chiaki

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeJeu 5 Fév - 1:36

Loin. Qu'il était loin ce temps où Shinichi se sentait heureux, apaisé... Il avait pensé que sa vie serait toujours calme. Après tout elle l'avait été pendant son enfance et son adolescence... Alors pourquoi sa vie en tant qu'adulte ne fonctionnait-elle pas ?
Le directeur regardait par la fenêtre de son bureau depuis quelques minutes. La paperasse administrative l'embêtait sérieusement, il aurait aimé aller faire un tour, s'évader un peu, mais ses obligations faisaient que... Et puis zut.
L'homme se leva de son bureau et posa le tas de feuilles dans le dossier "à classer" qui commençait sérieusement à déborder. Il se regarda dans le miroir quelques instants.
30 ans. 30 ans et célibataire... Enfin célibataire avec enfant. Il avait envie de se dire qu'il craignait, puis de l'autre qu'il pouvait changer, que quelque chose de mieux arriverait maintenant...
Il inspira profondément, il avait vraiment besoin de sortir. Alors l'homme qui n'était plus si jeune, prit son manteau et une écharpe, à nouveau se regarda dans le miroir et sortit. Ce qui était bien, c'est qu'il n'avait que deux portes à franchir pour pouvoir respirer.
Quelques fois ce lieu, cette petite terrasse, qu'il avait devant son bureau servait de lieu de réunion pour ses professeurs et lui-même. Se croisant, ils se mettaient alors à discuter de choses et d'autres, puis arrivait un problème soulevé par l'un d'eux, et les voilà tous partis pour une longue conversation.

Mais, cette fois-ci, personne. Alors Shinichi se décida à bouger un peu, peut-être qu'il pourrait passer par la ville. Le parc... Peut-être qu'il y trouverait Tamako et les enfants... Après tout la plupart du temps quand il s'y rendait c'était avec eux.
En marchant le musicien se rendit compte qu'il ne faisait pas si froid, il se surprit même à s'essouffler un peu en montant la côte légère qui menait au parc. Il avança plus lentement, faisant un sourire poli aux passants qui le reconnaissaient.

Il arpenta le parc silencieusement, réfléchissant à ce que sa vie lui apportait pour le moment... La réponse était pas grand chose, car même si sa carrière marchait, le reste n'était pas franchement au rendez-vous... Rhaa... Mais il s'énervait lui-même avec ces pensées idiotes ! Pourquoi ne pas vivre comme avant, au jour le jour ?
Le jeune homme ferma les yeux en marchant jusqu'à ce qu'un morceau joué par il ne savait pas encore qui, ne parvienne à ses oreilles.
Alors un sourire apparut sur ses lèvres et il s'employa à trouver la personne, la jeune femme qui se trouvait derrière cette voix.
Évidemment il la trouva rapidement et s'assit sur un banc de l'autre côté du passage, juste en face d'elle. Le jeune homme observa avec intérêt la dextérité dont la jeune femme faisait preuve, admirant tout autant sa jolie voix.
La première chose qu'il se demanda était si elle faisait partie du pensionnat ou non. Son visage ne lui disait rien... Il n'avait pas vraiment de mémoire du visage, surtout qu'entre une photo d'identité et une personne en vie, il y avait souvent de nombreuses choses qui changeaient. Il fut surpris d'entendre que sa voix changeait, qu'elle tremblait... Si elle faisait partie de son pensionnat, alors il était de son devoir d'aller la voir et de connaître la raison de son chagrin. Mais ne serait-ce pas bizarre qu'un homme de son âge aborde une si jeune fille ?
Shinichi pensait à Tamako... Avait-il fait une erreur en succombant à son charme ? En lui dévoilant sa flamme ? Sachant que maintenant tout était terminé... Peut-être...

Le directeur attendit poliment la fin du morceau avant de se lever pour rejoindre la jeune fille sur son banc. Il avisa la marque de la guitare, puis les mains de la jeune Ayame avant de lui adresser la parole avec un sourire poli, les mains bien au fond de ses poches chaudes.


"Joli morceau. Serais-tu une étudiante du pensionnat ?"


Quelque part Shinichi s'en voulait de cette question, car s'il avait assuré tous ses cours il l'aurait probablement su, mais il avait souffert de surmenage et avait simplement donner des choses à faire pour les élèves de tous niveaux sans même les rencontrer... La première erreur professionnelle de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Ayame Natsugata
Superman =D
Ayame Natsugata

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeLun 9 Fév - 9:07

Encore plongée dans les quelques notes résonnant dans le cœur du bois noble, Ayame n'avait pas remarqué la présence d'un spectateur improvisé. L'homme s'approcha d'elle à la fin de sa prestation, et vint à lui poser une question, avant d'analyser sa phrase, elle observa de haut en bas l'inconnu. Cheveux plus clairs par endroits, pas poivre et sel mais plus charmant, visage aux allures empiriques, un beau brun d'une trentaine d'année révolue. Pas très grand ni même maigre, il était d'un chic incomparable, certainement un cadre ou un homme d'affaire qui prenait soin de lui ce qui se remarquait à ses doigts impeccables à la vue douce.
Faisait-elle partie du fameux pensionnat? Ce devait être la fierté de Nagoya, un passant lambda lui parlerait de cet endroit comme d'un emblème. Cependant cet figure charismatique qui se tenait là devant Natsugata ne devait visiblement pas poser la question au hasard, but indicatif? Chercherait il l'université? Sinon à quoi bon demander son chemin en plein milieu d'un parc. Le fait que l'homme mentionne quelque chose à propos de son morceau n'était pas anodin, il devait lui même faire de la musique, certainement faire parti de Sakura. Ses mains seraient-elles des mains de pianiste accompli? Les questions fusaient dans la tête de l'étudiante.
Elle décida de poser la guitare à proximité, contre le banc, pour se lever. Elle remarqua une fois en face de l'homme qu'il n'était pas beaucoup plus grand qu'elle. Elle fit une révérence discrète du haut de son buste et commença d'une voix calme et réfléchie :

« Oui effectivement je viens de rejoindre le lycée. Ayame Natsugata, enchantée, faites vous aussi parti de Sakura? Vous êtes amateur de musique également? »


Même si la fille de riche s'était révoltée contre l'éducation de ses parents, le respect était une valeur qu'elle se tenait de garder, et d'entretenir.
La musique était pour elle si important qu'elle se faisait une joie de rencontrer des passionnés comme elle et pourquoi pas faire quelque chose ensemble, de toute manière elle était là pour apprendre, que ce soit au niveau humain en partageant, ou au niveau technique en étudiant. Si cet homme était professeur comme elle le pensait de musique son souhait le plus cher serait d'entretenir avec lui des relations plus que élève-professeur, mais plutôt musicien-musicien. Bien que solitaire, elle aimerait qu'on la prenne par la main et qu'on l'aide, qu'elle trouve un mentor, ou un modèle qui la transcendait, qui lui ferait bien plus apprendre que n'importe quel professeur particulier. Un ami n'étais ce pas ce qu'elle recherchait au fond?
Revenir en haut Aller en bas
Shinichi Chiaki

Shinichi Chiaki

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeLun 9 Fév - 21:11

Le directeur n'était pas au meilleur de sa forme, peut-être une forme de crise de la trentaine, mais jamais il ne s'était senti aussi seul, aussi incapable, depuis... Tiens, en fait depuis toujours probablement.
Mais ce moment de détente était d'autant plus salvateur qu'une douce mélodie circulait dans le parc, comme un appel, non pas de détresse, mais il avait l'effet d'un chant de sirène et Shinichi n'eut aucune envie de se mettre de la cire dans les oreilles, il était bien trop heureux d'entendre cette douce voix et le son de cette guitare sur lesquels les doigts de la jeune femme dansaient allègrement.
Quand il s'assit sur le banc en face de celle-ci, il put profiter au mieux de cette mélodie, des différentes notes, de la beauté de son chant. Il analysa son jeu, sa façon de chanter l'accompagnant parfaitement. Il sourit, il appréciait la regarder, et ne se souciait guère des personnes qui le saluaient encore, hochant parfois la tête. Mais les passants comprenaient rapidement, ils jetaient un coup d'oeil à la jeune fille et poursuivaient leur chemin avec un petit rire moqueur, mais respectable de ce professeur passionné qui ne laissait passer aucune occasion pour jouer les mélomanes.

Bientôt le morceau fut terminé et l'homme se leva tranquillement pour aller saluer la belle demoiselle. Il se doutait qu'elle ne l'avait pas remarqué, elle était passionnée elle aussi, et dans ces cas là, le monde qui nous entoure nous est étranger.
Un étranger, il l'était par ailleurs, face à cette jeune fille qu'il aurait dû connaître ou reconnaître. La jeune fille se leva après son interrogation et se pencha légèrement en avant, Shinichi fit de même, mais moins, il était tout de même le directeur.


"Enchanté Natsuga-san, je suis le directeur du pensionnat et le professeur de musique, Shinichi Chiaki. Je suis par ailleurs flatté que vous ayez choisi notre lycée pour vos études, je ferai de mon mieux pour vous donner un enseignement adapté."

Shinichi souriait à Ayame avec une sorte de fierté, il avait trouvé une perle, et son pensionnat n'en manquait pas... C'était vraiment agréable de travailler avec ce genre de personnes, ça l'aidait lui-même à avancer, apprendre d'autres styles, d'autres techniques. Il avait été trop longtemps enfermé dans un cursus classique, or les "jeunes" de maintenant se diversifiaient, comme le prouvait Ayame avec ce morceau.
Il se sentit de meilleure humeur à son contact, sans réellement savoir pourquoi par ailleurs...


"C'était une composition ?"


Pour le moment, il ne pouvait parler que musique, et même s'ils étaient sortis du contexte du pensionnat, il ne pouvait guère s'adresser à une élève comme s'il s'agissait d'une simple personne. Il la vouvoierait et lui parlerait musique avant tout, mais probablement était-il plus détendu que s'il était en cours, moins pincé aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Ayame Natsugata
Superman =D
Ayame Natsugata

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeLun 16 Fév - 1:57

Dès lors que l'homme, avait décliné son identité cela n'avait plus le même sens, elle était prête à le prendre dans ses bras, à lui demander une aide pour la musique, mais là son statut gênais la jeune future étudiante de Sakura. Enfin valait-il mieux pour elle qu'il la prévienne plutôt qu'elle fasse une erreur ou quelque chose menant à une sanction. Mais en dehors de l'école, pourquoi cet homme le tutoierait-elle? Montrerait-il le respect qu'il avait pour la jeune fille, certainement pas mais plutôt sa distance avec elle de par leurs rangs différents. C'était quelque chose d'assez froid pour Ayame, elle qui aimerais se lier d'amitié qui sait avec quelqu'un d'intéressant comme la personne devant elle. Car les gens de son âge bien que sympathiques, distrayants ou autre, ne sont pas comparables à l'expérience que les gens plus matures font preuve. Le soleil rendait la peau de la damoiselle étincelante, ses yeux humidifiés auraient pu refléter le visage de qui l'aurait fixé. Que le seigneur la punisse elle arriverait à extraire de ce concentré d'autorité et de classe, un compagnon, une aide, impossible certainement pas, il avait l'air pédagogue et d'une certaine manière assez proche de ses élèves, et quelque chose en lui permettait à Ayame de penser que s'il n'avait pas déduis qu'elle était élève cela ne l'aurait pas fait venir. Elle aimait la façon qu'il avait de parler, tout en sincérité et d'un ton presque grave, mais sa voix grave et rassurante lui faisait chaud au cœur comme un père qu'elle n'avait pas près d'elle ou qu'elle n'avait certainement jamais eu. Car pour la lignée Natsugata, un père est quelqu'un qui gagne assez d'argent pour faire des enfants à une femme riche, pas un protecteur aimant et aimable, les seuls contacts qu'ils avaient elle et lui, était rares, même le souper n'était pas un moment de convivialité. Elle cessa de ressasser ses démons à l'écoute de la question posée. La chevelure bleutée avait honte de répondre que ce n'était pas une composition, car la majorité des élèves devaient avoir des chansons ou musiques personnelles du niveau de celle ci. Alors de la voix la plus pure et la plus cristalline elle répondit brièvement :

« Non, je viens ici justement pour pouvoir dire cela à la prochaine personne me posant la question. »


C'était certainement la meilleure des réponses, le mensonge n'aurait rien apporté et mentir implique d'avoir énormément de mémoire, si jamais elle avait fait une gaffe... non ce n'était pas envisageable et puis mentir à la première rencontre ça annonçait bien la suite. Elle esquissa un sourire en pensant à cela. Puis décida d'en savoir un peu plus sur le fameux directeur, sur le lycée, sur quasiment toute sa nouvelle vie, la curiosité naturelle d'Ayame reprit le dessus.

« Excuses moi directeur, c'est vous qui avez eu l'idée de créer un institut dans ce genre? Rassemblant les foules d'élèves et faissant tant parler de lui? J'aimerais également savoir dans quel instrument excellez vous ... mais si je vous ennuie avec mes questions je n'y vois pas de problèmes et je peux passer mon chemin avec ma guitare! »


Elle finit sa phrase avec un ton proche de celui de l'enfance, pas comme si elle était résignée mais plutôt un bonheur extrême.Elle affichait un sourire à demi dents, et remit ses cheveux droits discrètement. Elle n'était plus la même ici, dans une ambiance bien différente de celle où papa et maman étaient derrière et leur porte monnaie dans ses mains, là elle se devait de ne pas jouer à la plus maligne et se faire connaitre, car elle savait bien qu'à la fin de sa scolarité les vivres ne viendraient plus d'eux, l'argent de poche ne sera plus au rendez-vous de la fin de mois, et elle devrait se débrouiller seule. "Travail" mot qu'elle commençait à discerner, à pouvoir prononcer mentalement, à toucher avec tout son être, mot qu'elle n'avait que jusqu'à présent trouvé banal il prenait un sens différent, bien plus lourd. Elle ne s'était toujours pas assise depuis son petit bonjour, elle prit la housse de sa guitare non loin et sans tourner le dos au bellâtre, rangea le bois délicat de l'instrument. Elle rangea son médiator dans sa poche et fit tomber son briquet. Elle devint rouge et dans un réflexe le remit précipitamment dans son bermuda noir à la poche béante. La tête baissée quelques instants pour faire passer ce moment sous silence. Car montrer sa dépendance au tabac, même si elle n'était pas vraiment soumise à cette dure règle de l'addiction ce serait, pour elle, un acte de faiblesse. Trop tard elle refit donc face à son supérieur hiérarchique, et fit en sorte de ne pas avoir un teint de cerise. Mais cela n'allait pas mettre en l'air ni sa carrière ni son jeu, ni même sa scolarité, mais à quoi bon? Elle voulait passer pour une fille parfaite, comme quand on regarde la télévision aux cotés de quelqu'un qui nous plait dans le noir, on le regarde et respire tout bas,, pour ne pas qu'il entende notre respiration, ce quelqu'un c'était ici Shinichi. Prénom, et patronyme magnifiques qu'il possédait, par ailleurs il ne devait pas le partager avec une épouse, sa mains gauche était dépourvue d'alliance. Elle aurait aimé lui faire remarquer, mais sa curiosité ne l'emportait ni sur le respect ni sur le bon sens. Elle jugea bon de ne rien rajouter et de prier le ciel pour qu'il soit le meilleur professeur au monde. Cette belle après midi atteignait le plus beau moment, l'étoile principale brillait de mille feux enchanteurs et se dirigeait lentement vers le coté sombre de la planète, les amoureux par ce temps radieux devaient trouver formes et interpréter les nuages comme des présages et les oiseaux qui étaient restés en cette saison dans la région décidaient de clamer leur existence, les bavards du ciel rivalisaient de piaillements divers et côtoyaient les quelques passants du haut des cerisiers aux fleurs déchues. Le cadre était ravissant pour celle dont le nom était méconnu. La belle aimait cet endroit, le nombre de vivants ici faisait plaisir à voir, et la diversité était un atout, elle pourrait maintenant apprendre de nouvelles choses au contacts de gens nouveaux et devenir une nouvelle Ayame.
Revenir en haut Aller en bas
Shinichi Chiaki

Shinichi Chiaki

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 31/12/2008

Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitimeSam 21 Fév - 0:15

Quoi de plus agréable qu'un peu de musique ? Rien ne pouvait emballer le directeur à ce point... Enfin... Si... À une certaine époque il y avait eu plus agréable que ça... Mais c'était un temps révolu et Shinichi se consacrait maintenant à son premier amour qui serait aussi probablement le dernier... Celui qui le suivrait toujours, celui avec lequel il ne pourrait y avoir de rupture... La musique était tout pour lui, sa passion, son pain, sa raison de vivre... Que pourrait-il faire sans elle ? Probablement qu'il ne serait plus rien.
Ainsi, pour lui voir de jeunes talents était un plaisir, car il savait qu'ils partageaient quelque chose... Ce n'était pas comme un professeur de mathématiques ou d'anglais, non. Il fallait tisser des liens, quelque chose entre ses élèves et lui, il fallait qu'il y ait une sorte de compréhension entre eux. Si jamais cela ne prenait pas alors le jeu s'en ressentait... Alors son but était d'apprivoiser chaque élève, de le comprendre, de le connaître, de l'éduquer pour qu'il s'épanouisse dans un rôle étant réellement le sien. Combien de fois avait-il conseillé un style à un élève, combien de fois cela avait-il porté ses fruits ? Il n'avait pas compté et ne tenait pas à savoir, mais c'était en partie cela qui avait fait sa renommée.
Il était capable de voir en ses élèves, d'interpréter leurs envies et de leur donner des solutions, d'améliorer leur jeu mais aussi leur caractère, pour qu'ils puissent se munir de bonnes armes pour affronter la vie. Car il savait que la vie n'était pas simple... La sienne l'avait été pendant longtemps, mais pour celle de ses élèves, c'était bien différent... La plupart avait quitté leur famille, ou avaient des problèmes avec, ou n'en avaient plus... Mais il arrivait à les comprendre, à les aider.
C'était sans doute pour cela que c'était un directeur et un professeur reconnu. Avec lui les élèves comprenaient le sens des responsabilités, le fait qu'ils devaient être sérieux, travailleurs...
Mais ces temps-ci n'étaient pas fastes, il devait lutter contre certains problèmes administratifs et cela devenait de plus en plus délicats.
La politique japonaise était certes très concentrée sur l'éducation mais surtout que les nouvelles technologies et étant donné que le directeur n'y faisait pas appel dans son pensionnat, il manquait parfois de subventions, et le fait d'être une sorte d'école privée rendait les choses plus dures encore, sachant qu'il trouvait impossible d'augmenter le coût de l'inscription à son pensionnat. Enfin tout ceci était un peu trop pour lui en ce moment, il avait besoin d'air, mais il ne pouvait pas tout déléguer.
Cependant voir cette jeune fille, pouvoir lui parler, échanger ne serait-ce que quelques mots et aussi écouter sa musique... Car composition ou pas, c'était son jeu qui comptait.
Et d'ailleurs ce n'en était pas une. Au moins, Ayame n'était pas du genre à mentir, cela était déjà quelque chose de bien car il était devenu trop facile de mentir ou même de se mentir... D'accepter la réalité...


"Je vais faire en sorte que cela vous soit possible alors."

Le directeur appréciait la compagnie de cette jeune fille, au moins, elle semblait sincère, calme, intelligente... Tout ce dont il avait besoin à ce moment précis en fait... Mais mieux ne valait pas trop s'égarer, heureusement d'ailleurs qu'il savait garder ses pensées pour lui... Il resta un instant à la regarder, presque à la jauger, mais son attention se rapporta bientôt sur ce que lui disait Ayame. Elle lui posa plusieurs questions à la suite, ce qui le fit sourire, il aimait ces personnes qui osent, qui ne se disent pas qu'il ne faut pas parler au risque de se faire mal voir. Non, il faut toujours poser des questions et ne pas s'excuser pour ce qu'on pense ou ce qu'on ressent. Il faut croire en l'humain, croire en soi, sinon il est sûr que rien ne pourra être beau en ce monde.
Il sourit à la fin de sa phrase, elle avait fini de parler et il n'avait pas eu le temps de répondre qu'elle semblait déjà vouloir se justifier, ou s'excuser... Mais cet air, ce sourire et cette voix le rassurait, elle ne semblait pas triste. Elle était détachée, cela faisait plaisir à voir...


« Non, je n'en ai pas eu l'idée... Mais je fais de mon mieux pour suivre le chemin de mes prédécesseurs, tout en essayant d'améliorer ce qui peut l'être... Il me semble que c'est la chose la plus importante que l'on m'ait confié. »

Shinichi resta quelques secondes à se remémorer ce fameux jour, quand il avait reçu cette lettre de promotion, mais pas n'importe laquelle. Il était devenu directeur, si jeune si doué... Ce sont ceux qui disparaissent le plus vite selon Shakespeare, espérons qu'il n'en soit pas de même pour Shinichi...

« Il serait trop présomptueux de dire que j'excelle avec un instrument. Mais si je devrais en choisir un ce serait le piano. Mon seul regret étant que ce ne soit pas vraiment facile à transporter, du moins pas autant qu'une guitare. »


Il avisa la guitare de la jeune fille en souriant. Il était vrai que si seulement un piano était transportable comme une guitare, sûr qu'il serait encore plus doué.
Mais il était tout de même très heureux avec ça... Il se sentait bien à pouvoir s'asseoir sur un tabouret, se rapprocher de son instrument, effleurer les touches, se chauffer en exécutant des gammes, puis enfin savoir, être sûr et se mettre à jouer.
Alors il observa Ayame, il observa ses cheveux, soulevés par le vent... Un vent chaud, venant de l'océan. La jeune fille rangea sa guitare dans sa housse. Dommage quelque part, elle aurait pu continuer à jouer, puis en mettant son médiator dans sa poche, Ayame fit tomber un briquet. Shinichi remarqua évidemment l'objet, mais aussi la gêne de son élève... Et pourtant, après tout c'était à elle de voir ce qu'elle voulait faire de sa vie, même s'il était plutôt contre le fait de fumer... Mais jouer de la musique... N'était-ce pas sa dépendance à lui ? Il ne dit rien par rapport à cela, il n'avait rien à lui dire, puisqu'elle était assez « grande » pour savoir comment se comporter.
Le directeur observa sa future élève avec attention, elle avait l'air d'avoir un monde à elle, de rêver... C'était ce qu'il appréciait chez une personne, même sans la comprendre, de savoir qu'il ou elle avait un monde et s'y sentait bien...
Il sourit distraitement à cette jeune fille, comme le monde semblait lui sourire à ce moment-là...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Siffloter sous un cerisier [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Siffloter sous un cerisier [Libre]   Siffloter sous un cerisier [Libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Siffloter sous un cerisier [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» [UPTOBOX] Torpilles sous l'Atlantique [DVDRiP]
» Hentaï
» Hentaï RP
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pensionnat Sakura :: Par ici la sortie... :: La ville de Nagoya :: Parc-
Sauter vers: